L’abus de majuscules nuit gravement à la santé de vos offres

by admin on 1 July 2018
0 comments

L’abus de majuscules nuit gravement à la santé de vos offres

Les lettres « majuscules » sont aujourd’hui surutilisées, et souvent mal utilisées.  Cela nuit à vos offres commerciales, et plus généralement à vos autres documents, mails compris. Il faut donc adopter deux pratiques qui ont fait leurs preuves : 1) limiter l’utilisation des majuscules au strict nécessaire, 2) accentuer les majuscules qui doivent l’être (procédure d’automatisation en fin d’article).

Majuscule ou capitale ?

Techniquement, on appelle capitale une forme de la lettre, le M, par exemple. La majuscule est un caractère situé au début de certains mots. La lettrine peut être considérée comme une forme de majuscule.

En pratique, la majuscule est matérialisée par une capitale. Dans la suite, nous confondons donc les deux mots, pour des raisons pratiques. Nous utilisons le mot majuscule, même s’il n’est pas correct, parce qu’il correspond à l’usage habituel des rédacteurs non professionnels (Office fait d’ailleurs la même confusion).

Travers n°1 : l’impact négatif des majuscules sur l’encombrement et la vitesse de lecture

Comparez ci-dessous, le paragraphe précédent passé en majuscules (même taille de police)

EN PRATIQUE, LA MAJUSCULE EST MATÉRIALISÉE PAR UNE CAPITALE. DANS LA SUITE, NOUS CONFONDONS DONC LES DEUX IDÉES, POUR DES RAISONS PRATIQUES. NOUS UTILISONS DÉLIBÉRÉMENT LE MOT MAJUSCULE, MÊME S’IL N’EST PAS CORRECT, PARCE QU’IL CORRESPOND À L’USAGE HABITUEL DES RÉDACTEURS NON PROFESSIONNELS.

La vitesse de lecture de ce texte est divisée par 2 environ : d’une part parce que le texte prend plus de place, ce qui réduit le nombre de signes pris en compte dans la vision centrale ; d’autre part parce que toutes les lettres sont dans le même gabarit horizontal, ce qui procure moins de contraste pour séparer les lettres les unes des autres.

article majuscule

Travers n°2 : sentiment d’obséquiosité véhiculé par l’utilisation incorrecte des majuscules pour les noms communs.

Comparez ces deux variantes de la même phrase (extrait authentique) :

Les rôles et compétences des intervenants du Groupement pour le Management du Risque sont décrits ci-après. Le Chargé des Risques, en particulier apporte au Représentant du Client un support actif pour la mise en œuvre du Plan de Management du Risque ; il travaille sous la responsabilité du Directeur de Programme.

Les rôles et compétences des intervenants du groupement pour le management du risque sont décrits ci-après. Le chargé des risques, en particulier apporte au représentant du client un support actif pour la mise en œuvre du plan de management du risque ; il travaille sous la responsabilité du directeur de programme.

Mon équipe et moi revoyons environ 10 000 pages par an de contenus de mémoires techniques de dossier de réponse à appels d’offres. Une partie non négligeable de ce temps est consacrée à revenir au standard français, c’est-à-dire à l’utilisation des minuscules pour les noms communs.

Note : dans les contrats, et les documents juridiques de manière générale, l’utilisation de la majuscule permet de différencier un mot, défini en préambule du contrat, du même mot utilisé dans son acception habituelle.

Travers n°3 : ne pas accentuer les majuscules

Toutes les sources sur le sujet convergent : il faut accentuer les majuscules qui doivent l’être. C’est la règle en français, et cette règle est aussi forte que celle consistant à mettre une majuscule (capitale) au début des phrases. Légifrance, par exemple, stipule : « L’utilisation des capitales (« majuscules ») dans les textes législatifs est conforme aux usages : début des phrases, des alinéas ne commençant pas par un tiret, des noms propres par essence ou par occasion. […] Il convient d’observer par ailleurs que l’accent a pleine valeur orthographique. On veille donc désormais à utiliser systématiquement les capitales accentuées. »

L’argument « massue » est tout simple : l’accent a pleine valeur orthographique. De plus, l’accentuation des majuscules permet d’enlever les ambiguïtés possibles :

  • ENFANTS LÉGITIMES ET ENFANTS LÉGITIMÉS DE LOUIS XIV.
  • LES RETRAITES DIMINUENT, LES RETRAITÉS PROTESTENT.
  • DUPONT, INTERNE À L’HÔPITAL, S’OCCUPE DE M. DURAND, INTERNÉ DANS CE MÊME HÔPITAL.
  • LE SCULPTEUR A SU RENDRE UN MODELÉ PARFAIT À PARTIR DE SON MODÈLE.

Pour approfondir le sujet, voir par exemple : http://www.academie-francaise.fr/questions-de-langue#5_strong-em-accentuation-des-majuscules-em-strong.

La solution : utilisez les majuscules à bon escient, et accentuez-les quand c’est nécessaire

Pour traiter une fois pour toutes les travers constatés ci-dessus, adoptez ces règles « d’hygiène rédactionnelle » :

  • Jamais de paragraphe complet en majuscules => pour toute mise en exergue, préférez le gras, par exemple.
  • Ne mettez pas vos titres non plus en majuscules, cela n’apporte rien. C’est la qualité du titre qui lui donne son impact, pas la police !
  • Réservez les majuscules aux cas d’emploi prévus par la langue française:
    • Première lettre des noms propres.
    • Première lettre des phrases.
    • Acronymes, par exemple : TGV, FCS, IHM, etc.
  • Accentuez les majuscules: pour la mise en œuvre, voir le zoom en fin d’article.

Deux particularités à traiter : les noms propres de personnes, et les noms de sociétés.

En ce qui concerne les noms propres de personnes, mettre en majuscules toutes les lettres du nom est une règle souvent appliquée. Elle ne porte pas préjudice. Appliquez-la systématiquement si vous pensez, par exemple, que les personnes concernées n’aiment pas voir leur nom orthographié en minuscules. M. François GRANDIER, par exemple peut préférer cette graphie à celle de François Grandier.

Pour les noms de sociétés, c’est plus subtil et il n’y a pas, à ma connaissance, de règle absolue. J’en applique une très simple, que je vous livre à toutes fins utiles : si le nom de la société dans son logo est en minuscules, alors vous pouvez (devez ?) conserver cette graphie pour écrire le nom de la société dans le texte. Quelques exemples : Artecomm, Egis, LafargeHolcim, Offralia, Setec. Quand le nom de la société est en majuscules dans le logo, optez par défaut pour cette graphie.  Je dis par défaut parce que lorsque l’on est EIFFAGE CONSTRUCTION AQUITAINE, par exemple, l’utilisation complète du nom est très invasive sur le plan visuel. Remplacer, ensuite, l’expression complète par EIFFAGE, Eiffage ou ECA peut atténuer cette impression d’envahissement.

Zoom : comment accentuer les majuscules sans effort sous Office ?

Pas la peine d’apprendre les combinaisons ASCII simple ou étendu pour écrire À, É, È, Û, etc. ! Il suffit de faire trois choses :

  • Paramétrer Office, une fois, pour lui “dire” que les majuscules doivent être accentuées en français.
  • Laisser faire le logiciel dans la plupart des cas courants. Par exemple, si votre phrase commence par « à compter de », alors Word va tout seul écrire « À compter de ».
  • Utiliser Shift+F3 pour faire « tourner la casse » dans les cas où la bascule ne s’est pas faite automatiquement. Si je sélectionne le mot “événement”, les utilisations successives de Shift+F3 donnent “Événement”, puis ” ÉVÉNEMENT”, et enfin ” événement ” à nouveau. Le tour est joué !

Voici la procédure à suivre pour régler votre Word / PowerPoint / Outlook, en versions 2010 et postérieures. Cliquer sur l’onglet Fichier en haut à gauche.

  • Cliquer sur « Options» dans la colonne de gauche.
  • Cliquer sur « Vérification » (en général la troisième ligne d’options).
  • Cocher la case en regard de « Majuscules accentuées en français » (illustration ci-dessous).
  • Cliquer sur OK.

Article majuscule 2

A priori, il faut reproduire cette manipulation pour chacun des 3 logiciels. 1’30″ de travail, et des heures économisées chaque année pour obtenir le résultat désiré !

Comments are closed.